Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/12/2007

Lykkegut, le bouc solitaire

images/2007/120307/1.jpg
Hier dimanche, j' ai voulu essayer de faire descendre Lykkegut, le bouc reparti sous Nedbergo. La neige ayant fondu le long du fjord, il peut encore être dehors, mais à l' endroit òu il se trouvait, il pouvait se faire bloquer par le gel.
Je l' ai appellé du fjord. secoué les granulés dans le sceau en plastique qui fait le maximum de bruit.
Une petite réaction: il s' est arrêté de manger et m' a regardé. Bon signe. Mais pas un pas. Pour descendre, il fallait d' abord qu' il remonte la terrasse vers la droite. J' ai accosté et ai commencer à grimper de l' autre coté du ravin pour arriver à sa hauteur et le faire venir vers moi.
images/2007/120307/2.jpg
Appeller, secouer les granulés
Enfin 3 pas.
Nouvel arrêt, me regarder
Ne pas trop appeller, sinon il devient "sourd"
Je monte encore un peu. Secoue les granulés frénétiquement.
Le bruit magique le décide, il se met en route.
Je retiens mon souffle
Il passe une partie mouillée qui en gelant l'aurait bloqué. Ouf, c' est déjà cà.
Je redescend un peu pour lui indiquer la direction.
Nouvel arrêt.
images/2007/120307/3.jpg
Je me tais, le laisse réfléchir. Le soleil illumine la neige au dessus de nous.
Il est immobile.
Je remonte, ressayer plus haut. Je suis trempée de sueur.
Secouer les granulés le plus fort possible
Ca-y-est, il se remet en route et disparait dans un creux.
Je descend rapidement, je n' ose pas regarder si il descend
images/2007/120307/4.jpg
Il réapparait beaucoup plus près et se demande comment il va me rejoindre de l' autre coté du ravin.
Je descend rapidement jusqu' au bateau tandis qu' il me regarde, immobile.
Je passe de l' autre coté du torrent et positionne le bateau juste au dessous de lui et apelle de nouveau.
Ca -y-est, cette fois c' est gagné, il descend le dernier bout de chemin en courrant.
images/2007/120307/5.jpg
Et le voilà à la barque.
Le bonheur est intense, c' est à chaque fois comme de retrouver la brebis égarée.
Quelques granulés, Ronja pousse toi,
images/2007/120307/6.jpg
Et monsieur saute dans la barque, comme si il faisait ca tous les jours.
images/2007/120307/7.jpg
Les granulés sont irresistibles
images/2007/120307/8.jpg
Je le remet à terre juste en face de la maison, dans un endroit moins accidenté et lache avec lui une chèvre vide. Tant qu' il ne fait pas trop froid et qu' il n' y a pas de neige au bord du fjord,  ils sont mieux dehors en liberté, que à l' étable, à l'étroit. Avec la petite Snøugla (Harfang des neige) comme compagne, il n' est plus solitaire. Et peut-être que ca fera des petits pour l' été.

Commentaires

C'est des fois la barbe d'être seul.
Même pour un bouc aussi solitaire soit-il !!!
Alors...

Écrit par : Ji-el-Bê | 03/12/2007

Et bien, quel courage pour ramener ce bouc à la maison !!! Mais incroyable comme il est descendu seul et a monté dans la barque ! Tu as raison il faut qu'il ait une compagne pour les longues soirées d'hiver !!! bises

Écrit par : CATALANE | 04/12/2007

Bonjour. Un petit peu de confort, une pitance assurée... et une compagne, c'est ça le bonheur :-))). J'aime beaucoup la deuxième photo.

Écrit par : olaf | 10/12/2007

quel suspense ton histoire ! on la lit d'un trait !

Écrit par : ulysse | 12/12/2007

JOYEUX NOEL à vous et à tous ceux qui vous sont chers.
A bientôt, je l'espére pour d'autres nouvelles de norvége et de vos biquettes. @++

Écrit par : PLANET TAKA-YAKA | 25/12/2007

Les commentaires sont fermés.