Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/08/2007

Pêche aux crabes

À 5h45, j' ai jeté un coup d' oeuil sur la montagne depuis mon lit. Pas une chèvre. Soit elles étaient descendues, soit elles étaient encore plus haut. A 6h15 nouveau coup d' oeuil et là, surprise: le sommet s' est couronné de blanc, les points blancs se sont déversé comme une vage qui descendait du sommet pour se rassembler en un torrent mouvant qui comme un serpent blanc ondulait à flanc de montagne. J' ai suivi leur descente 40 min, de mon lit, bien au chaud. Puis j' ai craqué et fait quelques photos.

090807/1.jpg

Un peu plus tard dans la matinée, nous sommes allés relever les filets posés le long du fjord. Ce sont des filets de fonds, de trois couches, attachés à un caillou sur la rive et tendus perpendiculairement à la côte.

090807/2.jpg
Le suspense est au top, mais les étoiles de mer ne sont pas les bienvenues. 
090807/3.jpg

Il y a peu de poisson dans le fjord, pour diverses raisons, mais par contre beaucoup de tourteaux. Aujourd' hui 15 dans 2 filets de 25 mètres.

090807/4.jpg

Le travail est loin d'être fini. Il faut sortir les crabes un à un des filets sans se faire pincer les doigts, nettoyer et ranger les filets bien en ordre dans leur caisse. Puis il faut faire bouillir beaucoup d' eau pour faire cuire les crabes 20 min.

 

090807/5.jpg

Et enfin on peut passer à table, et c' est encore tout un travail de les manger! Et il y en a encore plus dans les plats après qu' avant.

090807/6.jpg
On peut se demander pourquoi on ne met pas plutôt des casiers à crabes. C' est que l' espoir d' avoir un peu de poisson est toujours là.

06/08/2007

Rentrer les foins de Stokko

060807/1.jpg
Ce matin à 5h30, l' estive de Melhus se réveille et pas une chèvre en vue. Il nous a fallu 3h1/2 pour les faire descendre. Anna Elise a grimpé jusqu' en haut avant qu' elles ne daignent venir se faire traire.
Voyez le trajet effectué:
060807/2.jpg
060807/3.jpg
Après les 4 heures de ma permanence de bureau où je réponds aux questions techniques des fromagers fermiers norvègiens, nous sommes allés voir les chevrettes, qui sont à Bortom, de l' autre coté du fjord.
060807/4.jpg
C' est un vrai bonheur de les voir descendre nous retrouver à toute vitesse. Ca promet une amélioration de la venue des chèvres pour l' année prochaine lorsque ces chevrettes-ci auront intégré le troupeau.
060807/5.jpg
On a laché un petit bouc avec elles, Remulus (à gauche). Elles lui ont fait la vie dure.
060807/6.jpg
Pourtant elles ont l' air si mignonnes!
060807/7.jpg
060807/8.jpg
Ce soir nous avons rentré le foin des "hesje" de Stokko. Il a tellement plu ses derniers temps, que même étendu le foin était abimé. Dommage, la qualité du fourrage était bonne au départ.
060807/9.jpg
Pour rentrer le foin en bateau il faut d' abord faire des balles avec une corde double et un tendeur en genévrier.
060807/10.jpg
Ivar apporte les cordes,
060807/11.jpg
David et Maria mettent les cordes en place
medium_DSC_4910.JPG
Le noeud qui ferme la balle de foin
060807/12.jpg
Ivar en descend une vers le fjord.
060807/13.jpg
Le bateau est chargé, pas trop cette fois car il y a un peu de vent. Maria aidera Ivar à décharger.
060807/14.jpg
060807/15.jpg
Pendant ce temps là, Estelle a commencé a démonter les étendages.
060807/16.jpg
Maria apprend à quatre jeunes francais, en stage ou en visite à faire les balles de foin.
 medium_DSC_5017.JPG
Antoine range les piquets qui vont reservir l' année prochaine, si les touristes n' en font pas du bois pour leur grillades au bord du fjord. Les touristes en kajakk, utilise de plus en plus nos prés comme lieus de camping.
060807/17.jpg
David et Ivar chargent le foin dans le tracteur qui l' acheminera à la grange.

05/08/2007

Le lâcher des boucs

Tous les ans, le 5 aout, on lâche les boucs avec les chèvres pour les saillies. Les boucs passent l' été sur un coteau le long du Nærøyfjord, Morki, qui leurs est réservé. Là ils se la coulent douce  et prennent des forces pour leur rude travail de la fin de l' été.

2007/050807/1.jpg

Ce sont Stig Arne et Anna Elise qui sont allés en chercher quelquesuns, malgré la pluie diluvienne. Le transport se fait par bateau car il n' y a pas de chemin pour y aller.

2007/050807/2.jpg
Ils en ont trouvé cinq. Ils ont aussi fait débarquer quelques chèvres taries à Morki pour attirer les autres boucs et les faire descendre. Il y en manque une dizaine.
2007/050807/3.jpg
 
2007/050807/4.jpg
2007/050807/5.jpg
Ivar charge un bouc dans la voiture de Stig Arne.
Les touristes trouves la scène exotique et se rassemble autour
2007/050807/6.jpg
À Melhus, les chèvres s' entassent dans l'étable pour éviter la pluie.
2007/050807/7.jpg
Les boucs ont rapidement du succès
2007/050807/8.jpg
2007/050807/9.jpg
Storegut fait le malin. Rendez-vous au premier janvier pour les mises bas!

04/08/2007

CAEV et bébé phoque

Les chèvres ne reviennent pas de pâture 

Jamais nous n' avons eu autant de mal que cette année avec les chèvres en pâture. Normalement elles partent pâturer dans les pentes autour de l' estive le soir et sont de retour d' elles même le lendemain matin  vers 5-6 h. La traite commence à 6 h et si jamais elles ne rentre pas avant 7 h, on trouve qu' elles sont très en retard. Cette année elle partent très loin et ne reviennent pas. Tout l' été nous avons eu beaucoup de travail en plus à cause de ca. Il a fallu les appeller presque tous les jours et aller les chercher assez souvent. Ce matin par exemple on n' en voyait pas une à 6 h. Anna Elise qui grimpe comme une chèvre est tout de suite partie à leur recherche. Elle les a trouvé très loin et très haut (1500 m d' altitude, Melhus est à 150 m d' haltitude) La traite n' a pas pu commencer avant midi, le fromage a été très en retard et la production de lait baisse à cause de ces irrégularité de traite.

2007/040807/1.jpg

Photo prise du village: En 1, l' endroit derrière lequel Anna Elise les a trouvé . En 2, le troupeau en train de descendre (sous le chiffre), en 3, derrière les arbres, l' estive de Melhus.

2007/040807/2.jpg
Le troupeau un peu plus bas, en zig-zag le long du ruisseau. Avec les trois perdus cette semaine, il en reste 209. A la fin de la traite il en manquait encore 51 qui sont heureusement arrivées toutes seules avant la traite du soir.

A l' origine du problème: le CAEV:

Le CAEV (Caprin Arthritt Encephalitis Virus) est une maladie virale chez la chèvre, répendue dans toute l' Europe et peut-être bien le monde. La Norvège à décidé de s' en débarasser et les chevriers ici, recoivent des aides pour renouveller tout leur troupeau d' un coup et ainsi repartir avec des chèvres indèmes. C' est ce que nous sommes en train de faire. L' année dernière les 4 derniers exploitants du village ont élevés ensemble 280 chevrettes, complètement à l' écart du troupeau existant. L' automne arrivé nous avons abbatu toutes les chèvres, renouvellé et désinfecté les étables, mis du graviers frais autour et redémarré avec des troupeaux "neufs".
Tout c' est bien passé jusqu'à la sortie en pâtures de montagne. Le troupeau qui avant comprenait des chèvres de tous les âges, n' as cette année que des jeunettes d' un an, inexpérimentées. Ca ne se refait pas comme ca, d' un coup, une mémoire de troupeau. On réalise douloureusement comme nos vieux troupeaux étaient bien au point. C' était tellement naturel qu' on croyait que leur bon rythme de pâture était inné.

Bébé phoque:

Pendant que nous peinons avec nos chèvres, d' autres sont en vacances et pêchent dans le fjord.
 
2007/040807/3.jpg
 Aujourd' hui, Jan avait plein de beaux tourteaux dans ses filets, trois poissons et malheureusement un bébé phoque. C' est rare que les phoques se fassent prendre. En général ils mangent le poisson dans les filets, ne laissant que la tête, sans se faire prendre. Encore un jeune inexpérimenté qui en paye de sa vie.
 
2007/040807/4.jpg
2007/040807/5.jpg
Je n' ai jamais vu un phoque de si près et j' ai été étonnée des grosses griffes qu' il avait aux pattes.
2007/040807/6.jpg
Jan ne voulait que les crabes. Il m' a donné les trois poissons:
Une vielle, une limande et un lieu jaune
2007/040807/7.jpg
Il voulais aussi me donner le phoque, mais je n' avais pas le temps de m' en occuper et il est reparti dans le fjord, nourrir les crabes.

03/08/2007

Le dernier saut de Panda

Neuvième jour:

Les chèvres sont toujours au même endroit: La blanche seule en bas, Panda dans son coin et celle du haut qui se ballade un peu partout et n' est pas bloquée du tout. La météo annoncait un grand soleil. Il a fait gris et on était content qu' il ne pleuve pas. Vers midi, après avoir laissé le sol se réssuyer un peu, on est reparti, Kjell, Stig Arne et sa fille Anna Elise et moi. 

Dès le départ, mauvaise nouvelle: la deuxième blanche en bas est tombée aussi. Stig Arne part en flèche et la retrouve loin sous la falaise, le dos cassé, mais en vie. Sa femme Gunhild monte et reste au coté de la chèvre blessée pendant que nous montons essayer de sauver au moins Panda. En montant nous l' avons appelé, elle a reconnu la voie de Anna Elise et nous répondait, cherchant le contact. Mais impossible pour elle de remonter.

C' est Kjell qui est descendu. J' étais en dessous pour guider les mouvements. La chèvre était inquiète. La corde lui faisait peur. Elle est descendu un cran de plus et s' est jetée sur l' herbe nouvelle de cette terrasse. Malheureusement quand Kjell est arrivé tout près, au lieu de venir vers les granulés qu' il lui tendait, elle a essayé de descendre encore, a perdu pied et est partie vers le bas à toute vitesse, jetée de rocher en rocher, avec un bruit sourd à chaque rebondissemnet de la chutte. Un cauchemard.

medium_MBU2006_0806_004_.2.JPG

Panda sur la terrasse herbue en haut à gauche et le dernier bout de falaise qu' elle a essayé de sauter. Mais elle n' a pas réussi à s' arrêter sur la terrasse en bas à gauche. Dessous encore 100 m de tobogan.

Kjell est descendu jusqu' à moi en rappel, 70 m au dessous de son point de départ. La dernière chèvre, s' est enfin laissé approchée et, la trainant en laisse, nous nous sommes dépêchés de descendre retrouver les deux autres. Gunnhild avait du partir pour la traite.

medium_MBU2006_0806_006_.JPG

 Panda aussi vivait encore, mais pâtes et dos cassés. Stig Arne a appelé son fils pour qu' il monte un fusil.

 medium_MBU2006_0806_012_.JPG

Anna Elise a eu du mal à accepter la perte de 2 de ses chèvres, mais il n' y avait pas de choix. Elles seraient mortes quand même avec beaucoup plus de souffrances. Elle est partie ramener la chèvre vivante à Melhus.

Une fois abattues, nous avons vidé Panda pour utiliser la viande. La blanche n' avait que la peau sur les os. On l' a laissé aux renards, aux corbeaux et aux aigles. Dans deux jours il n' y aura plus que quelques lambeaux de peaux. C' est la rude loi de la nature. Les êtres mal adaptés à leur milieu de vie succombent et font vivre les autres.

medium_Panda_død.jpg
Ce n' était pas un retour comme ca qu' on avait espéré. Mais enfin il n' y a plus de chèvres bloquées, jusqu' à la prochaine fois...

22:50 Publié dans Chèvres | Lien permanent | Commentaires (3)

02/08/2007

Une chèvre est tombée

Huitième jour: Toujour la pluie qui empêche une nouvelle tentative de sauvetage. En plus 100 chèvres manquaient à la traite ce matin, donc il a fallu utiliser les ressources à les retrouver. Elles étaient loin dans la montagne, vers le glacier de Syrdalen. Kjell et Stig Arne sont allé les chercher. Ils n' ont pas fini de traire avant 14h30. Le pauvre fromager Antoine n' a pas fini son fromage avant 19h.

Avant de partir chercher les chèvres, Stig Arne est monté sous la falaise voir si il trouvait la chèvre disparue des terrasses il y a deux jours. Comme on le craignait, elle était tombée et il l' a retrouvé morte... Elle était à A.K. et Magne. C' est terrible de penser qu' on était tout près, 1 h avant qu' elle ne tombe, sans pouvoir l' aider. Une dame du village m' a dis ce soir qu' elle l' avait vu perdre pied alors qu' elle essayait de s' étirer au maximum pour atteindre quelques feuilles vertes. Elle a voulu sauter pour se rattrapper, mais a échoué.

 Sa compagne qui est encore à la même place passe vraiment un mauvais moment: sous la pluie, rien a manger et pas la place pour se coucher. Les deux autres sont dans des endroit plus cléments, elles ont à manger et des surplombs pour se coucher au sec. Celle du haut est d' ailleurs sortie complètement cet aprè midi. Puis elle est redescendue se coucher sous son rocher ce soir. Quelle casanière! La noir et blanche est à Gunhild et Stig Arne. J' ai appris aujourd'hui qu' elle s' appellait Panda.

J' ai passé la journée à la comptabilité mensuelle de la fromagerie pour avoir les subventions par rapport au litrage, et déclarer la TVA.

23:00 Publié dans Chèvres | Lien permanent | Commentaires (0)

01/08/2007

"Emotions francaises" à Førde

Une journée grise de pluie et de compta au bureau. Je fait un petit saut en arrière lorsque nous sommes allés à Førde pour le Festival de musique folk, début juillet. Mais d' abord des nouvelles des chèvres:

Septième jour: avec la pluie nous n' avons rien pu faire. Les trois qui restent sont au même endroit. Celle du haut qui était à peine sortie hier soir est redescendu comme je le craignait. Demain on espère du meilleur temps. Aucune nouvelles de celle qui a disparue hier.

 Førdefestivalen: Førde est la plus grande "ville" de la région du Sogn og Fjordane, à 3 h de route au nord-ouest d' Undredal. Nous y sommes allé, toute la famille.

medium_Bilde148.jpg

 moi en avion, directement d' une réunion à Oslo avec les services vétérinaires. L' avion à atteri au dessus de Bygstad où j' ai habité 1 an en 1982, juste à coté de la magnifique montagne Store Hesten. Malheureusement on ne m' a pas laissé sortir faire ma photo... David et Maria sont venus avec la voiture de la ferme et tout le matériel de marché. C' étais le premier grand voyage de David qui à passé son permi 3 semaine plus tôt, le jour de ses 18 ans.

Nous étions au festival pour vendre du fromage sur le marché, mais aussi pour vivre un maximum de concerts. Je m' étais en plus engagée à suivre un groupe de langue francophone pour assurer qu' ils passent un bon séjour à Førde.Margot, la soeur d' Ivar nous acceuillait dans sa maison.

La Talvera: j' ai eu la chance d' avoir en charge le groupe occitan "La Talvera". Quelle surprise de découvrir qu' ils avaient entre autres fait un disque sur le folklore du Lodévois. Lodève est à 20 km de ma maison d' enfance.

medium_Fabrice_et_Daniel_1_.JPG

La musique était formidable et entrainait à danser, surtout quand Thierry, le danseur du groupe, menait la danse. Il y a longtemps que je ne m' étais pas autant amusée à danser.

Je n'ai presque pas pris de photos, mais Thierry à fait plusieurs films qui sont sur You Tube et qui donnent une bonne idée de la musique et de l' ambiance. Video . C' était un peu délirant de danser "Oh, la la lirette, lirette, oh, la,la, lirette, lira" avec des norvégiens à Førde. Mes deux mondes se retrouvaient dans une danse folle. J' en ai mis trois jours à m' en remettre. Et c' est dans la foulée que j' ai ouvert ce blog, en francais, sur un serveur en pays occitan. Un peu pour renouer avec mes origines, et continuer ce lien.

J' ai aussi participé au concert d' ouverture, d' abord en distribuant de la tome d' Undredal, bien affinée, aux spectateurs faisant la queue avant l' ouverture des portes, puis en présentant un peu mon travail pour les fromages traditionnels, de la scène, comme introduction au groupe: La Talvera. Video.

medium_Priscila_et_Thierry.JPG
Thierry, le danseur, qui accompagne La Talvera et fait les films, danse avec Priscila du Brésil qui vendait les billets au dernier concert à Dale.

 

 

 

23:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)